Fragments d'histoire

"Fragments d'histoire sociale" : la mémoire sociale régionale a son blog. Cliquez !

Adhérer au CHT

Remplissez le bulletin d'adhésion (valable un an) et retournez le avec  votre règlement. Merci !

Le CHT en paroles

A l'occasion des trente ans du CHT, Michel Sourget (Alternantes FM) a réalisé une douzaine d'interviews. A écouter ici !

Un peu d'histoire


Sauvegarde et gestion des archives ouvrières et paysannes

En 1980, quelques universitaires nantais et des syndicalistes, soutenus par les trois grandes confédérations syndicales ouvrières (CGT, CFDT et CGT-FO), ainsi qu’une quinzaine de mairies de Loire-Atlantique créent le Centre de documentation du mouvement ouvrier et du travail (CDMOT) à Nantes.

Un documentaire audiovisuel réalisé à l'occasion du vingtième anniversaire retrace ce combat.

La structure est chargée de recueillir et de mettre en valeur les archives du monde du travail ouvrier et paysan de la Loire-Atlantique, et de doter le département d’une bibliothèque spécialisée en histoire sociale.
Le CDMOT ouvre ses portes en 1981 dans un local situé au dernier étage d’un des bâtiments de la Bourse du travail de Nantes. En 1994, la mairie de Nantes lui propose de prendre place dans le bâtiment Ateliers et Chantiers de Nantes tout juste rénové. Le centre de documentation devient alors le Centre d’histoire du travail (CHT).
 

Collecte des fonds d'archives

En trente ans, le CHT a accueilli environ cent cinquante fonds d'archives de provenances diverses :

> militants ouvriers ou paysans, principalement du département de Loire-Atlantique ;

> militants coopérateurs ; structures syndicales et politiques locales ;

> organisations politiques ou syndicales nationales : Confédération nationale des syndicats de travailleurs paysans, Parti socialiste unifié ;

> un centre de documentation militant : le Centre de documentation anarchiste (CDA), qui confie au CHT la gestion de ses fonds « bibliothèque » et « périodiques ».
 

Le Centre d’histoire du travail : un éditeur

Depuis 1988, le Centre d’histoire du travail s’est fait éditeur. A côté de son activité fondamentale de sauvegarde et conservation des archives produites par les mouvements ouvrier et paysan, il lui a semblé important de travailler à la valorisation de la mémoire militante (témoignages, travaux à caractère scientifique) et populaire (histoire locale).

Si le CHT est aujourd’hui connu sur la Loire-Atlantique et au-delà, il le doit beaucoup à cette activité éditoriale.